Nouvelles de Rillieux… 
Le respect de la Création

Nouvelles de Rillieux… 
Le respect de la Création

Nous n’étions pas très nombreux le 16 novembre, dans le groupe « Salam, Paix, Shalom » pour aborder ce thème essentiel, au cœur de l’actualité : « le respect de la création ». Dommage, car il y avait beaucoup à dire et à partager.

Un premier point fondamental, Dieu, heureux de la création – la Genèse le dit et le redit – en a confié la responsabilité à la créature la plus fragile qui soit, l’homme, obligé ainsi à ne pas travailler seul mais à développer le vivre ensemble. L’homme « co-créateur », « lieutenant de Dieu sur terre »… Mais l’homme a oublié, et pendant des siècles et des siècles, s’est comporté en propriétaire, convaincu que les richesses de la terre, garanties par Dieu, ne s’épuiseraient jamais. Des voix pourtant se sont élevées, François d’Assise, il y a neuf siècles, puis Rousseau, Albert Schweitzer, Théodore Monod… Des voix aujourd’hui plus nombreuses et pressantes, celle du Pape François ou l’appel lancé par 15.000 scientifiques, véritable avertissement pour l’humanité : « si nous ne cessons pas de polluer, notre planète est condamnée. Aujourd’hui, les espèces s’éteignent à un rythme 1.000 fois plus rapide que le rythme naturel… ». Le réchauffement climatique, lié aux activités humaines, est avéré, n’en déplaise aux climato sceptiques. L’atmosphère de notre planète s’est réchauffée de 1° c depuis la période préindustrielle, et l’on se demande si, à la fin du siècle, nous n’aurons pas dépassé largement les plus 2° c, faisant ainsi entrer la terre dans une zone rouge plus qu’incertaine… L’année 2017 a été une année particulièrement chaude et catastrophique, avec son cortège d’inondations, de pluies exceptionnelles, d’élévation du niveau de la mer, d’ouragans, mais aussi de déficits pluviométriques records provoquant sécheresses et incendies ravageurs comme en Californie, année qui se termine par un constat alarmant :les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse… Or, ce dérèglement climatique dont l’homme est responsable, ne perturbe pas seulement les températures, ou les pluies. À travers lui, tout est touché, les écosystèmes, la biodiversité, il frappe les plus pauvres et les plus faibles, fragilise nombre de pays et laisse présager un avenir inquiétant… Enfin, l’accroissement impressionnant de la population mondiale – plus de sept milliards d’humains aujourd’hui, qui atteindront ou dépasseront bientôt, les dix milliards – pèse lourdement sur le dérèglement climatique. Mais que faire ? Comment arriver à la maîtrise de la natalité ? La question, posée, est restée sans réponse…

Alors, que peut-on faire ? Il serait tentant, et cela a été dit, de penser que ce que nous pouvons faire à titre individuel, est dérisoire, que l’omni publicité nous conditionne et nous pousse à consommer tout de suite et de plus en plus des produits, souvent fabriqués pour être éphémères… Décourageant ? Non, car il y a tant à faire ! Au niveau des états, la transition énergétique visant à sortir de l’ère des énergies fossiles est lancée, 185 pays ont signé les engagements proposés par la COP 21, même si quelque part à Washington, un chef d’État s’y refuse… Des sommes importantes ont été votées pour soutenir les efforts des pays en développement…

Et pour chacun de nous, mille choses sont possibles, car nous ne pouvons tout attendre des politiques : développer, dans le domaine des transports, l’autopartage, l’utilisation des transports en commun, modifier nos habitudes de chauffage, et nos habitudes alimentaires en consommant moins de viande, en choisissant des légumes de saison et les circuits courts. Ménager notre consommation d’eau en prenant plus de douches et moins de bains, veiller surtout à sensibiliser les enfants, si facilement réceptifs à ces changements… La liste est longue de ce qui peut être fait !

Adopter une attitude responsable, solidaire et respectueuse de la planète, c’est à cela que nous sommes invités, sans désespérer, car il y a urgence. « Nous avons les cartes en mains, mais pour un temps très court » affirme Nicolas Hulot. Chaque individu peut faire la différence. Si nous travaillons tous ensemble, nous pouvons sauvegarder ce monde voulu par Dieu !

Catherine Lasserre

share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *