Noël, c’est pour quand ?

Noël, c'est pour quand ?

À l’heure où je rédige ces lignes, en Israël et en Palestine, des millions de personnes pleurent des êtres chers fauchés par une guerre dont on ne voit pas l’issue. Et aucune initiative diplomatique ne semble en mesure de stopper l’escalade de la violence. Qu’adviendra-t-il à Noël ? Y aura-t-il une trêve ? Comment sera célébrée cette fête ?

Dans l’évangile de Matthieu, Noël n’a rien d’une fête paisible. La Judée est occupée par un despote sanguinaire du nom d’Hérode, et Jésus vit les premiers jours de sa vie sur les routes de l’exil, ses parents fuyant l’oppression et cherchant un pays refuge. Et cependant, Matthieu nous surprend, car au cœur de cette histoire tourmentée, il insère le récit des mages qui viennent se prosterner devant Jésus et lui offrir leurs plus beaux présents. On se prend à rêver, en relisant ce récit qui ressemble à un conte…

Et d’ailleurs, le récit des mages n’a cessé d’être une puissante source d’inspiration pour les conteurs, de génération en génération. Et de fil en aiguille, les mages d’Orient sont devenus des rois n’hésitant pas à s’abaisser et à se déposséder de tous leurs privilèges pour les bienfaits de l’humanité. Cela n’est pas une pure fantaisie littéraire, puisque dans le livre d’Esaïe (au chapitre 60), on trouve une prophétie annonçant l’arrivée à Sion de rois puissants venus de toutes les nations pour adorer Celui-là seul capable d’instaurer un règne de paix et de justice.

Je vois dans cette abondante création littéraire une confession de foi que je fais mienne. La seule puissance en laquelle je mets ma confiance est celle de l’amour qui pour moi s’incarne pleinement en ce Jésus qui a donné sa vie pour la vie du monde. La foi en cet Amour qui nous précède et que rien ne peut éteindre, nous engage à espérer envers et contre tout que la paix et la justice sont possibles.

Pasteur Christian Bouzy

share