Comment dire Pâques aujourd’hui ?

Comment dire Pâques aujourd'hui ?

Pour célébrer Pâques, les évangiles nous parlent d’un tombeau vide, et d’hommes et de femmes qui proclament que le Christ est ressuscité… Une sorte de victoire absolue sur les forces du mal et de la mort. On parle aussi de la résurrection comme l’élément central et fondateur de la foi chrétienne…

Mais, pour nous, aujourd’hui, que signifie la fête de Pâques ? Neuf personnes de la paroisse ont accepté de répondre à cette question. Nous découvrons leurs témoignages :

1) Pour moi Pâques c’est l’espoir que l’humanité n’est pas réduite à une inexorable finitude : voilà une poignée de femmes et d’hommes qui en ont suivi un autre pendant quelques années, pensant avoir trouvé leur Messie. Brutalement les choses ont mal tourné, ils se retrouvent terrorisés et terrés dans une pièce lorsque Jésus leur apparaît pour leur dire non seulement que rien n’est terminé, mais que, bien plus, tout commence avec eux. La joie revient et, avec elle, l’envie de raconter. De la mort et de la peur naissent la foi et le courage. Voilà, c’est ça, Pâques, pour moi : l’espoir et l’envoi. Sophie Chermat

2) Pour moi, Pâques c’est la vie plus forte que la mort, l’élan, la joie, l’espérance… Les femmes vont au tombeau. Je les imagine lourdes de chagrin. Mais le tombeau est vide… Le cœur soudain léger, elles repartent en courant partager avec les disciples la nouvelle : Jésus est ressuscité ! Pâques, c’est cette joie, cette nouvelle qu’il nous appartient de partager. Sous nos latitudes, Pâques se fête au printemps. Lorsque le soleil entre par les vitres hautes et la verrière de la chapelle, la lumière elle-même semble crier « Pâques, Christ est ressuscité ! » (Françoise Duyck)

3) Pour moi Pâques, c’est une aube : la nuit est terminée, le jour peut se lever ! Mes découragements, désillusions, mes tristesses n’auront plus le dernier mot ! une vie nouvelle m’est promise. Un chemin pas forcément facile s’ouvre devant moi… des obstacles pourront me faire trébucher : c’est vite fait de tomber à terre ! mais j’ai la certitude que le Ressuscité me relèvera. Il re-suscitera un nouvel élan. Pour moi, Pâques, c’est une assurance dès maintenant. (Annie Viollet)

4) Pour moi, Pâques, c’est la source de joie de la prière ! Quand j’étais enfant, on nous enseignait au catéchisme que la résurrection de Jésus était la meilleure preuve de sa divinité. Docilement, j’apprenais la formule par cœur, mais je ne voyais vraiment pas le rapport avec le Jésus de mon affectueuse prière ! Aujourd’hui, il me semble que précisément, la résurrection de Jésus notre Christ, en l’affranchissant des limites du temps et de l’espace, lui permet d’être pleinement présent à nos esprits par son Esprit : plus proche de chacun de nous que notre prochain le plus proche, littéralement au cœur de notre prière et de notre action ! Alléluia ! (Michel Barlow)

5) Pâques :
Louise : C’est le seul moment où l’on peut chanter « À toi la gloire » en toute simplicité !
Jules : Renaître de ses cendres comme le Phénix. Jésus Le Seigneur.
Marie : Pâques, cela me rappelle mon enfance et la chasse aux œufs !
Jérôme : Pâques est quelque chose d’assez mystérieux, contrasté et au fondement de la foi chrétienne.
Géraldine : Dire la résurrection signifie, pour moi, la foi en la possibilité d’un nouveau commencement aujourd’hui et demain, malgré l’absence ou la souffrance. (Famille Walter)

Merci, à chacun, pour ce bouquet de témoignages qui nous invite à mettre du sens et des mots sur les grands fondements de notre foi.

Bernard Millet

share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *