Au revoir

Au revoir

Nous traversons depuis quelques mois une crise sanitaire mondiale et nous ne savons pas vraiment quand elle sera dépassée. C’est dans ce contexte d’incertitude et d’angoisse planétaires que je viens vous dire « au revoir ».  Je le regrette d’autant plus, que la situation est difficile pour beaucoup, et que ce départ programmé depuis de longs mois ne peut être différé. Le 30 juin, nous allons, la paroisse d’un côté, et moi de l’autre, poursuivre des chemins différents.

Il va, sans dire, que j’aurais souhaité vivre ces derniers mois, avec vous, dans une plus grande proximité, mais l’épidémie en a décidé autrement. Ceci dit, je me réjouis encore pour tous les liens qui ont pu se nouer, différemment, pendant cette  période inédite, par le biais des courriels, des courriers postaux et des nombreuses conversations téléphoniques que nous avons pu partager.
Durant ces mois de confinement, j’ai pu, une fois encore, prendre la mesure du bel esprit de fraternité qui règne dans la paroisse et, malgré  l’isolement, nous avons su et pu nous encourager et nous soutenir.

Il me reste maintenant à vous remercier pour ces 8 années de collaboration et de fidélité et plus particulièrement encore, à remercier toutes celles et tous ceux qui ont pris, ou qui prennent depuis des années, des engagements dans cette Église en donnant de leur temps, de leur disponibilité et de leur joie pour le service de l’Évangile.

J’ai trouvé ici, pendant ces huit ans, une Église riche de son histoire et de son présent, soucieuse de s’ouvrir à tous, et je rends grâce pour la belle confiance qui a guidé notre conseil presbytéral, et qui nous a mobilisés pour de beaux projets.

Enfin, je laisse derrière moi beaucoup de bons souvenirs…  Le souvenir de nombreux visages mais pas seulement : des échanges nourris et des complicités sans dire mot, où chacun a le sentiment de vivre au service de son Église, dans cette communion des saints si mystérieuse et pourtant bien réelle. Je pense aussi aux rencontres œcuméniques ou inter religieuses et aux liens fraternels avec les autres paroisses sans oublier la pastorale du Consistoire.

Depuis mes premières années de ministère en 1981, c’est la première fois que je quitte une paroisse pour ne pas me mettre au service d’une autre église.  Bien naturellement, je pense aussi, à toutes les églises qui m’ont accueilli ces 39 dernières années : 12 ans à Lille et Roubaix ; 9 ans à Lyon-Montchat ; 2 ans à Marseille ; 8 ans dans le Pays de Gex et 8 ans parmi vous. J’emporte aussi, les souvenirs de 14 ans de ministère dans l’Aumônerie des prisons sans oublier, bien d’autres engagements : au département jeunesse de la Fédération Protestante de France, (FPF), à la commission nationale « Justice et Aumônerie des Prisons » (FPF), à la Formation Continue de Pasteurs (CPLR), dans les commissions régionales des prisons de Lyon et de Lille que j’ai eu le privilège de présider etc…  Le chemin parcouru est riche et je mesure la grâce qui m’a été accordée d’avoir été un pasteur heureux, soutenu et encouragé par les paroisses qui l’ont porté dans une belle loyauté, même aux travers des petits orages qui quelquefois peuvent assombrir momentanément l’horizon.

Enfin, il était prévu que je vous dise au revoir au cours de notre fête de paroisse programmée, cette année, le 14 juin mais la crise sanitaire en a décidé autrement.

Au moment, où j’écris ce message, (30 avril) les consignes concernant la reprise des cultes publics est incertaine mais je ne perds pas espoir de vous dire au revoir au cours du culte du 28 juin rue lanterne. Nous pourrons nous saluer à bonne distance comme nous l’imposent à juste titre, les gestes barrières, et ce sera une grande joie pour moi.

Dans l’attente de ces dernières rencontres, je demande à Dieu qu’Il nous garde dans sa fidélité et qu’Il bénisse nos routes pour que notre joie demeure !

Bernard Millet

share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *