Revivifier nos fondamentaux

Revivifier nos fondamentaux

Tel était le thème d’une des soirées de l’Avent, en décembre dernier. Pour installer la discussion (à distance), une grille d’analyse était soumise à la dizaine de personnes qui avaient répondu présent : les innovations à constater et à encourager (permanences téléphoniques, lettre hebdomadaire…), les évolutions à envisager (animation jeunes, cultes intergénérationnels, accueil des nouveaux), tournant surtout autour de la présence des jeunes paroissiens, les défis (comment mieux gérer le « distanciel » imposé, ressources budgétaires…), enfin les contraintes (crise sanitaire, fatigues et lassitudes nouvelles…).

On a d’abord constaté, pour s’en féliciter, que la paroisse, loin d’attendre la fin de la pandémie, a profité de cette circonstance pour réfléchir, avancer, innover. Particulièrement son conseil presbytéral. C’est ainsi, par exemple, qu’une fois les conditions de vie normales revenues, il sera bon de conserver et d’enrichir la liste des personnes isolées pour entretenir avec elles des échanges au moins téléphoniques réguliers. Il faudra aussi davantage personnaliser l’accueil des personnes nouvelles, qui parfois hésitent à s’engager plus régulièrement. C’est aux « anciens » de faire les premiers pas. Bras ouverts plutôt que coudes serrés !

Notre paroisse est riche d’engagements des uns et des autres dans maints secteurs de la vie sociale et citoyenne. Donnons-leur l’occasion de témoigner de ces engagements, lors de cultes, ou lors de repas, ou de mini-conférences… A réfléchir plus avant.

Si notre paroisse paraît quelquefois un peu petite pour impulser des activités propres, n’hésitons pas à travailler plus et mieux dans le cadre consistorial. Par exemple pour amplifier le renouveau lyonnais du scoutisme unioniste, ou pour renforcer une chorale…Il serait bon de chercher à rajeunir notre pyramide des âges.

Enfin, l’idée a été avancée de réaliser un ouvrage sur l’histoire si riche de notre paroisse, et sur la façon dont elle a pleinement participé aux grands enjeux de chaque moment. Et aujourd’hui encore (voir l’encadré « On Recherche »). Un opuscule avait été écrit par Éliette Van Haelen, en 1992, qu’il serait intéressant d’actualiser et d’enrichir.

Beaucoup de points de suspension dans ce court compte rendu ! A nous de mieux dessiner l’avenir et de le prendre collectivement en charge.

Catherine Lasserre, Yves Grellier

share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *